BISSAP OU BISSOP


Entre Afrique de l’Ouest  et Soudan, en passant par la Casamance et le Mali, on change la prononciation.

Petits plants d’ibiscus aux fleurs  charnues. Se fait en blanc ou en rouge.
Se vend en France sous la forme sèche.

Se trouve dans les boutiques de  la rue des Poissonniers dans le 18°.
Nous attendons un arrangement d’approvisionnement avec un copain du Franprix voisin. Il pense que nous devons renforcer la dose d’ibiscus, donc il va nous trouver  ça.
Et aussi dans une boutique rue Elzévir dans le 3°. La rue n’est pas longue, la boutique est grande pleine de vitrines sans trop de choses dedans,   si bien que l’on voit très bien  maintes  nattes de couleur  dedans ;  pour le moment on la reconnaît à ça . Elle est en réorganisation autour du n° 5.

Donc pour le moment , voici la recette en ROUGE.

20 gr de fleurs sèches de Bissap pour 1 litre et _  de jus.
C’est à dire deux grandes paumes de mains en creux ou trois moyennes, ou « cinq » petites si on le fait avec les enfants.
Jus de un citron  et demi
Une cuiller à café et demi d’extrait de vanille liquide, ou un sachet et demi de sucre vanillé.
Une branche de menthe  de cinq ou six feuilles.
Sucre : environ 25 cl de sirop de canne,   ou environ 200gr de sucre, et en fait à votre goût.  Ou avec vos sucrettes et même sans sucre.
3 cuillers à soupe de mélasse de grenade. Généralement on y met plus souvent du sirop de grenadine,  mais nous qui avons de la mélasse de grenade, nous la préférons à la recette « traditionnelle ». Ca étoffe le côté « vin » du breuvage.
 
La mélasse de grenade (la même  pour le Tadjin Oublié)  se trouve dans les magasins turcs, arméniens et libanais, égyptiens,  de la rue Lamartine dans le 9°   à l’Institut du Monde Arabe dans le 5°, en passant par autour du carrefour M° de Belleville, rues adjacentes des 10°/ 11°/ 19°/ 20°. (une adresse parmi d’autres : épicerie Le Caire      rue de Belleville.


Faire infuser les fleurs de Bissap, eau à 100°. Les laisser refroidir lentement, ou bien forcer un peu la dose si vous êtes pressés. Les passer alors sur des glaçons.
De toutes façons vous pouvez faire une seconde infusion avec les fleurs de la première avec un _ de litre d’eau, cela vous donnera une boisson légère et agréable à boire sans sucre.
(une 3ème non).

Rajouter le jus de citron , la vanille , le sucre, la menthe.

Se boit frais.

Nous avons essayé avec une Karine diverses combinaisons.
Fifty fifty avec du vin rosé  =  très bien.
Fifty fifty avec du champagne rosé ou blanc =  très bien, et on ne sent pas la différence blanc ou rosé…

On peut rajouter un peu de rhum (ça on n’a pas essayé avec cette Karine ; quand même elle travaillait l’après-midi).

Mais enfin, le bissap, traditionnellement ça se fait sans alcool… et aussi sans mélasse de grenade. Mais toute tradition change plus ou moins vite. Il faut dire qu’en un repas chez Nicolas Beaujon, on a franchi un grand pas ! .
 
Je l’ai fait goûter à ma mère. Elle a dit,  du Bissap et de la musique de Momo Wandel Soumah : « On n’arrête pas le progrès, comment veux-tu qu’on meurre !? ».

Et bien sur, ça se boit très bien en remplacement du vin (ou en complément)   avec le tadjin  à la grenade.
Compter pour une consommation de repas 33cl par personne (au moins).

Prix de revient actuel :  environ, 2E, 50 le litre et demi.